dimanche, 10 janvier 2010

La femme serpent


femme serpentLa femme serpent

 Au milieu de la nuit je te vois sur la plage
Ondulant au soleil comme un reptile clair
Tes petits yeux fendus me lancent des éclairs
Et ton corps nu m’invite à un instant volage

Sur le sable chauffé où volent des mirages
Tes seins se sont dressés au trouble chaud de l’air
Le grain fin de ta peau qui s’offre pour me plaire
Exhale des parfums prompts à tous les outrages

Au milieu de la nuit dans tes draps de vipère
Agité des démons obscurs qui m’exaspèrent
Et cerclent mon esprit d’une infernale cage

Ton corps empoisonné se recouvre d’écailles
Et m’entraîne en sombrant au fond d’un marécage
Et mon âme se glace aux rêves qui m’assaillent.

 Condor JeanFrançois D

 06.02.2005

21:31 Écrit par elvane/condor JFD dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.